Florence Hardy, Présidente de l’UPSG et Stéphane Layani, PDG du MIN Rungis


Haut fonctionnaire, Stéphane Layani est ancien élève de l’ENA. Après avoir créé le comité économique du Médicament, il a été le collaborateur de plusieurs Ministres (M. Lebranchu, F. Patriat et C. Pierret). Puis Stéphane Layani a été sous-directeur des Chambres Consulaires. Après un passage à l’Inspection Générale des Finances, il devient en 2006 Directeur général de l’ANGDM, chargé de la liquidation et des suites de Charbonnages de France. Il est désigné en juin 2012, Président-directeur général de la SEMMARIS, société de gestion du Marché International de Rungis.

Stéphane Layani a fait des choses très différentes dans sa vie professionnelle, mais il y a quelques fils rouges : la consommation, le commerce, l’industrie et les relations sociales.

Il a commencé, à la base, comme Commissaire à la DGCCRF : cela lui a permis d’avoir une approche très concrète des pratiques commerciales et de leur législation (droit de la concurrence, droit des affaires, etc.).

Puis à sa sortie de l’ENA, il a bifurqué vers la protection sociale en étant le premier Secrétaire Général du Comité Economique du Médicament, une commission interministérielle chargée de fixer les prix des médicaments remboursés en France. Il y retrouvé cependant les problématiques de tarification, de consommateur patient et a découvert les industriels du médicament avec le premier accord cadre Etat-Laboratoires pharmaceutiques. Il a instauré une politique conventionnelle fondée sur le dialogue. Il y a rencontré les premiers grossistes (les grossistes répartiteurs de la pharmacie).

Ensuite, Stéphane Layani a rejoint la Commission Européenne où il a acquis une expérience européenne. Il était Expert national à la DG santé et protection des consommateurs. Il s’est illustré entre autres choses à l’époque en favorisant le premier protocole entre les commerçants et les consommateurs sur le passage à l’euro, contre ceux qui croyaient que la protection des consommateurs ne passait que par la seule réglementation.

A la suite de cela, il a été appelé au cabinet des Ministres du commerce où il s’est occupé de nombreux dossiers notamment : de la simplification administrative, du passage à l’euro, des commerçants, des crises alimentaires. A cette époque, le passage à l’euro et le suivi des chambres de commerce ont permis de commencer à entretenir des relations suivies avec les représentants des grossistes. A l’issue des cabinets ministériels, Stéphane Layani a exercé la tutelle des chambres consulaires (CCI, CMA) et préparé et contrôlé le budget du Ministère des PME.

Ensuite, il a eu l’honneur de servir à l’Inspection Générale des Finances où on lui a confié différentes missions très intéressantes (l’emploi des séniors, la filière pêche, les exonérations de charges sociales dans les DOM…).

C’est en 2006 que le Ministre de l’industrie lui a proposé un établissement public nouveau, très atypique, l’Agence Nationale pour la Garantie des Droits des Mineurs dont il était le directeur général jusqu’à présent. Il s’agissait de gérer le personnel des charbonnages de France et les suites sociales de la fin de l’exploitation minière dans notre pays. Stéphane Layani a rencontré une population très attachante, encore nombreuse (185.000 à l’époque), et y a été confronté à des problématiques de gestion très proches d’une entreprise (il fallait mettre à disposition des entreprises intéressées les salariés encore en activité). Cette agence fondée sur les relations sociales lui doit beaucoup. La fin de Charbonnages de France et des Potasses s’est réalisée dans le calme, sans conflit social.

Avec Rungis, il revient à ses anciennes amours avec une entreprise ayant une mission de service public, complètement tournée vers ses clients de par la qualité des produits qu’elle distribue.

Florence Hardy est un membre actif du MIN de Rungis. Elle est fondatrice et Présidente de l’UPSG (l’Union des Professionnels du Secteur Gastronomie). La dirigeante de la Maison Médelys est également Commandeur des Gastronomes Ambassadeurs de Rungis.

Plus globalement, Madame Hardy s’engage également au niveau du secteur et du département, en tant que membre d’UNIGROS (Union Interprofessionnelle des Grossistes) et de VMAPI (Val de Marne Actif pour l’Initiative)‬, une association qui accompagne et finance les porteurs de projets d’entreprise qui favorisent la création locale d’emploi. Adhérente au Conseil d’administration du Groupement d’Employeurs de Rungis et ce depuis l’origine du projet. Elle est aussi cofondatrice et vice-présidente des Rabelaisiennes de Rungis, association pour la promotion et la valorisation des métiers au féminin sur le MIN de Rungis.

Mme Hardy s’engage également dans la sphère associative, puisqu’elle est membre de la Confrérie du Sabre d’Or et Chevalier du Taste Fromage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *