La première course de côte automobile du Monde a 120 ans !


Interview de Madame le Maire en 2012

 

Le 03 juin 2018 Chanteloup les Vignes fêtera le 120ème anniversaire de la première course de côte automobile du Monde organisée dans sa Ville depuis 1898, l’occasion pour les organisateurs de recevoir, chaque année, des modèles exceptionnels.

Si les véhicules d’avant guerre sont prisés, les autres passionnés et collectionneurs sont bien sûr accueillis pour la célèbre montée, moins longue que l’initiale mais suffisante pour beaucoup d’équipages !

 

Cette année encore nos amis anglais seront de la Fête. Ils sont nombreux à traverser la Manche avec leur véhicule pour participer à l’initiative.

 

Le samedi est l’occasion pour les équipages de profiter de la région et de partager avant de s’élancer, le dimanche, à corps perdu pour les 3 montées qui leur sont proposées !

 

Un peu d’histoire

 

27 NOVEMBRE 1898

 

La course de côte de Chanteloup-les-Vignes – première course de côte organisée dans le monde – se déroula, pour la première fois, le 27 Novembre 1898 sur l’initiative de Monsieur Paul Meyan, Directeur de « La France Automobile ».

 

Elle fut disputée en 1898 et 1899 sur une distance de 1782 mètres, sa rampe représentant un pourcentage de près de 10 % sur plus de 600 mètres et de près de 6 % sur les autres 1100 mètres, il s’agissait donc d’une côte très difficile.

 

La dernière édition de la course eut lieu en 1935, l’ACIF en arrête l’organisation suite aux trop nombreux accidents survenus dans les diverses courses de côte courant 1934 et 1935

 

Pour la première édition en 1898, 57 concurrents prirent effectivement le départ, et 52 seulement purent terminer l’épreuve jusqu’au point de contrôle d’arrivée en haut de la côte.

 

C’est Jenatzi qui emporta l’épreuve sur une voiture électrique, en 3 minutes 52 secondes, à la vitesse moyenne fort honorable de 28.24 kilomètres heure, puis ce sont les voiturettes et les tricycles qui firent les meilleurs temps.

Une nouvelle formule de course automobile était née, qui connaissait déjà un vif succès (lequel se poursuivra jusqu’à la seconde guerre mondiale) : la course de côte.

La plus célèbre était alors celle de Chanteloup, près du passage à niveau d’Argenteuil. De 2 % au départ, la côte atteignait 10 % vers l’arrivée 1 800 mètres plus loin.

 

Les essais confirmèrent Chasseloup-Laubat. Sa voiture grimpait plus vite que les plus rapides à pétrole (celles à vapeur trop lourdes étant déjà hors course).

 

Pourtant le jour de la course, il remarque l’arrivée parmi les concurrents d’une lourde « wagonnette » ne payant guère de mine, celle d’un jeune belge fabricant de fiacres électriques assez lents : Camille Jenatzy.

 

Une pluie torrentielle s’abat sur la course et Chasseloup-Laubat ne pourra même pas prendre le départ, ses chaînes sautant à chaque démarrage.

 

C’est Jenatzy qui enlèvera l’épreuve, et ce sera le début d’un duel épique entre ces deux adeptes de l’automobile électrique, qui tour à tour seront « l’homme le plus rapide du monde », et pour Jenatzy du moins, le premier à avoir franchi le « mur » des 100 km/h, une vitesse qui semblait inaccessible encore en cette dernière année du dix neuvième siècle ! En tous cas, pendant un temps, tous deux « survoleront » nettement les voitures à pétrole et à vapeur (encore que pour ces dernières Serpollet créera « la surprise » en étant le premier à Nice, à dépasser les 120 km/h)

 

L’histoire complète de la course de côte de Chanteloup